Dragon Flash 37

Il fallait bien se l’avouer, Orléans semblait marcher sur l’eau depuis le début du championnat. Pour s’être imposés avec la manière dans les fiefs de Rouen, Blois et St Chamond, et pour avoir estourbi Vichy-Clermont et submergé Quimper à domicile, ils bénéficiaient ainsi du préjugé favorable après ce tarif plein établi à 5/5 tout compté. Pas question donc, de mégoter sur le rapport des forces en présence ce soir au Palais des Sports orléanais, même en sachant bien qu’entre la logique et la surprise, il y a forcément de la place pour l’inattendu… et pour des Dragons imprévisibles.

Quoiqu’il en fût, la différence entre les 2 équipes ne tarda pas à apparaitre clairement dans une première période totalement à l’avantage de l’impact physique et technique d’Orléans et malgré une réduction du score à -9 afin d’atteindre la mi-temps avec une petite lueur d’espoir pour Voltaire. Trêve de confiance, car on reprend le même service en début de 2ème mi-temps avec des shoots manqués qui n’autorisent pas le moindre retour au score, bien au contraire, un rétropédalage sur quelques ballons mal négociés nous éloignant à -14 en fin de 3ème quart.

Et un 4ème comme j’vous dis pas pour une messe dite à -8 malgré une renaissance à -4 malheureusement suivie d’un manque de réussite et de ce put*** de ballon de retour en zone…

Ce soir, ça nous a donné quelque fois l’impression d’une mission impossible, tellement c’est puissance 5 de l’autre côté, et puis il y a cette remontée du dernier time qui va nous laisser sur notre faim car reprendre 10/12 points à une équipe comme celle-là n’est pas chose qui doit être courante. Pour nos Dragons, on peut dire que la constance sur la durée d’un match n’est pas un point fort… Mais le potentiel est là et le mois de Décembre va leur fournir l’occasion de le démontrer.
VIVE DENAIN VOLTAIRE !
Daniel

Retour en images sur le match Denain – Le Havre

L’ECHO des DRAGONS 135

Allez, on fait le tour du propriétaire, histoire de voir ce qui n’a pas bien fonctionné ce WE, et de se dire les choses comme elles sont.
Vendredi soir en Pro B ; De l’incapacité à revenir après le trou d’air d’un 3ème quart passé à s’emmêler les pinceaux alors que les autres étaient déjà en train de donner du relief à leur chef d’œuvre défensif. Ah, ça commence à faire un peu beaucoup dans ce championnat tressé comme une cotte de mailles ! Car dès lors, les questionnements légitimes vont bon train. N’a-t-on pas un peu trop présumé du potentiel de cette équipe ? N’y a-t-il pas eu un peu de décompression mentale après la bonne affaire réalisée en terre lilloise dans une compétition où notre adversaire a pu au contraire, trouver de la sur motivation après son élimination contre le N1 Boulogne ? Le Havre n’était-il pas dans ce jour de totale réussite que rien ne peut ébranler ? Au-delà de toutes les supputations, on peut néanmoins penser que le mal n’est pas très profond et qu’il peut être enrayé, voire éradiqué quant à son aspect psychologique.
En effet, on aura beau posséder tous les atouts techniques et physiques, la condition sine qua non en sport, restera toujours « ce que l’on sait faire avec sa tête »… de façon à faire ce que l’on sait faire !
La tonicité, le dynamisme, l’énergie sont des éléments moteurs mus par notre intellect et c’est ce qui motive l’intensité dont la compétition a tant besoin dans tous ses domaines d’activité. La différence est là, et en basket elle est primordiale, notamment dans le secteur défensif, car il faut savoir obligatoirement défendre à cinq avec le même niveau d’agressivité sur ce petit terrain qui n’autorise aucun relâchement individuel, jamais ! Sinon, c’est l’effet boule de neige qui s’installe avec ses répercussions négatives dans le domaine de l’attaque… et c’est exactement ce qu’il s’est passé vendredi soir !
Rémy et François le savent très bien : Constater, c’est facile, remédier, c’est bien plus compliqué. Gageons quand même que nos Dragons ont reçu 5/5 la leçon havraise, et qu’on ne les y reprendra plus ! Attendons donc mardi soir avec le ferme espoir du supporter qui y croit toujours, quoiqu’il en soit !
Samedi et dimanche, des résultats jeunes contrastés avec ceux de Jérémy (P2) et Tibo (B1) bien au-dessus de leurs adversaires du jour, et ceux d’Olivier (U15) et Pierric (U18) en deçà de leurs opposants because même constat qu’en Pro B, ce poil de retard dans l’intensité qui plombe la réussite dans tous les coins du terrain et donne à nos adversaires un avantage qui nous oblige à courir après le score sans jamais pouvoir reprendre le contrôle des situations.
D’une manière générale, il ne faut pas se voiler la face et se cacher cette vérité sous peine de se mentir :  Aucune de nos 14 équipes ne possède véritablement ce « Collective fighting spirit » qui casse et détruit le jeu de l’adversaire !
À l’instar des efforts qui sont réalisés dans le domaine commercial et sur le plan matériel pour aller vers un professionnalisme plus pointu, notre secteur de formation se doit absolument de mettre l’accent sur cette carence qui plombe nos résultats dès lors que l’on s’attaque à l’Élite.
Pardon de cette remarque essentielle qui peut déconcerter mais il fallait que cela soit dit pour être constructif. Merci à vous tous et VIVE VOLTAIRE !
Daniel

Dragon Flash 36

Le tapis rouge avait été déroulé sous leurs pieds pour ce tour de coupe qui semblait devoir concrétiser un début de championnat très réussi. Auréolé d’une couronne de 4 victoires pour 4 matchs et d’un statut de meilleure défense de la compétition, cette garantie « assurance tous risques » conférait à LILLE au départ de ce match, un plein de confiance dans lequel nous espérions secrètement qu’il allait s’y noyer.

En fait, dès les premiers instants, on comprit assez vite que l’équilibre des forces en présence allait nous tenir en haleine durant toute la rencontre… et c’est exactement ce qui arriva ! Néanmoins, comme à leur habitude, nos Dragons prirent un ascendant significatif au score en première phase pour, comme d’habitude, se faire rejoindre sur des faits négatifs convertis en un mélange de mauvais choix dans les recherches de solutions et de décisions arbitrales très contestables. Bref, le palpitant des supporters commençait à résonner comme Big Ben tellement le « à toi, à moi » était prenant. Lille égalisait à 67/67 à la dernière seconde du temps réglementaire pour nous emmener dans un money time tendu dans lequel il prit tout de suite un ascendant qui paraissait déterminant. Que nenni ! A l’image de toute la rencontre le combat « épaule contre épaule » dura jusqu’aux ultimes possessions où les nôtres firent un break à 4 pions décisif sur un dernier panier d’Ywenn.

Qualif en poche et résultat gratifiant pour notre groupe dans lequel Thomas a pourtant été conservé bien au chaud. La preuve en est encore une fois, que notre équipe possède un vrai potentiel qui va faire quelques ravages en compète. Lille, pourtant en pleine bourre, en a été un témoin authentique. Au tour du HAVRE dès ce Vendredi… et Mardi prochain en Leaders cup.  Du pain sur la planche pour ce groupe formidable. Merci les Dragons ! Merci les Galibots pour votre ferveur qui ne se dément jamais même à l’extérieur, et VIVE VOLTAIRE !
Daniel

LILLE – DENAIN (78-81)

CDF32_Lille_Denain_9 CDF32_Lille_Denain_13 CDF32_Lille_Denain_22 CDF32_Lille_Denain_29 CDF32_Lille_Denain_35

Dragon Flash 35

Perdu 77-74 à Nantes…

S’il fallait tout résumer avec le dépit, nous dirions qu’avec ces « Bon Dieu de lancers francs » loupés, on se fait la peau nous-mêmes face à un concurrent pourtant à notre portée. Mais ce serait trop vite oublier que Nantes est revenu dans la partie parce que nous avons dilapidé notre actif en se la jouant quelque fois trop compliqué, avec de mauvais choix et de la déconcentration à la clé. Bien sûr, dans ces circonstances fortuites pour lui, l’adversaire en profite généralement pour remettre le turbo du pressing qui va le faire passer devant et y rester parce que la confiance et la crispation ont changé de camp. Et c’est ainsi que sur le money time livré aux lancers francs, l’adresse mieux maitrisée des nantais leur permit de conserver le chouia qui donna la victoire.

Deux fois que ça arrive, deux fois que l’on perd de 2 ou 3 points après avoir pourtant fait des écarts substantiels au cours de séquences montrant clairement un ascendant significatif… Rageant autant que frustrant, pour ce groupe vraiment sympa et pour tous les supporters qui souffrent parce qu’ils ont la passion. Pour sûr, on ne va pas en rester là, les correctifs sont prêts, et gare au prochain qui va s’pointer !

Allez, encore et encore, Vive nos Dragons et leurs coaches !
Vive Voltaire et vive nous tous !

L’ECHO des DRAGONS 134

En cette fête d’Halloween, les paris étaient ouverts ! Allait-on assister à une mascarade fortuite des Couguars de Nancy déguisés en ogres bouffant tout sur leur passage ou bien alors, à un carnaval hallucinant de nos Dragons travestis en Harlem Globe Trotters pour aller décrocher dans l’arbre magique de la réussite, ce billet très convoité qui raccourcit le chemin menant au Graal Dysneylien. En tout cas, les Galibots s’étaient nichés dans leurs costumes de parade et le match commença dans la joie et la bonne humeur… peut-être un peu trop ! Dix pions d’avance, c’est bien mais ça diminue sensiblement l’argumentaire qui forge l’âme du combattant tout en donnant inversement du grain à moudre à ceux qui ont un passif à remonter. Et c’est exactement sur cet aspect psychologique que se joua toute cette partie yoyo qui a vu les nôtres se relancer chaque fois que leur relâchement les eût contraints à se faire grappiller leur actif initial. Jamais pourtant, le -10 ne fut dépassé, les temps morts de Rémi tombant à pic à chaque fois pour remettre deux sous dans l’bastringue du droit chemin. Certes, ce ne fut pas du grand Denain, mais même dans ce cas, il y a encore de la ressource exploitable qui permet de penser que le groupe possède une certaine forme de garantie pouvant assurer l’avenir en compète, d’autant que sur ce match, Mehdy et Antoine n’ont pas pu jouer… Pour bien fêter Halloween, il fallait donc un pétard en guise de feu d’artifice, et ce fut notre Jay qui le propulsa comme un missile téléguidé pile dans l’objectif que Nico et les Galibots ne tardèrent pas à reprendre : « On est en ½, on est en ½ … » La victoire n’était pas obligatoire, mais elle donne du sens à la suite des évènements. MERCI les Dragons, vous êtes nos champions !
Autre chose qui me tient à cœur : Arriver à mon âge et encore être ébahi par des jeunes qui le valent bien, c’est le pied ! Quelques jeunes se sont investis chez nous cette saison pour entrainer ou aider les coaches principaux et ils m’épatent par leur gestion des gamins qui va bien au-delà des seuls aspects technique et sportif. Ils forment, ils encadrent, ils accompagnent, et certains renforcent même les liens en dehors du basket. Ils font vivre leurs groupes, et ils le font en stimulant l’enthousiasme et la ferveur des enfants à la grande satisfaction des parents.
Quand les choses se passent comme ça, il faut se mettre en devoir de le dire et de le redire pour la valeur de l’exemple, par l’esprit de fraternité qui est mis en œuvre et pour la trace bienfaitrice indélébile qui restera figée dans le souvenir des enfants comme une des meilleures périodes de leurs vies… Et ça, c’est bien le plus important ! Un énorme MERCI à Stéphane, Antoine, Jérémy, Alexandre, Louis et Ludwig de merveilleusement s’inscrire dans la lignée de leurs ainés en matière d’engagement, d’éducation et de comportement.
DV est un grand club à ressources humaines.
VIVE VOLTAIRE !
Daniel
Quart_Retour_LC_Denain_Nancy_4-1024x684 Quart_Retour_LC_Denain_Nancy_10-1024x684 Quart_Retour_LC_Denain_Nancy_18-1024x684 Quart_Retour_LC_Denain_Nancy_30-1024x684 Quart_Retour_LC_Denain_Nancy_33-1024x684

Go to Top