Rien de tel que de paraphraser un grand succès de Gilbert Bécaud, pour se permettre d’écrire que « Quand Lille est au violon et Denain à l’accordéon, faudrait avoir des bras de bois pour ne pas applaudir ce jeu-là » !
Bin oui, du basket plein la tronche, le corps à corps d’un mano à mano digne des meilleurs états d’incertitude, entre espoir et crainte, jusqu’à la prise de pouvoir, l’ascendant salvateur et mobilisateur de toutes nos forces rassemblées par cette union sacrée typiquement denaisienne. Et puis cette grande fierté généralisée qui fait enfler les têtes à l’issue d’une rencontre incitant forcément à mettre du piédestal à notre ambition. Pas la moindre once de scepticisme, rien que ce sentiment de petite folie qui va alléger nos pensées jusqu’à la prochaine mise en confrontation. D’aucuns penseront qu’il ne nous faut vraiment pas grand-chose pour être heureux……les pauvres, ils n’ont pas encore compris que le bonheur, ça peut être aussi simple que ça !

Le public était venu en masse et chacun est reparti avec son petit prospectus mental qui va l’inciter à vanter les mérites de ce qu’il a apprécié, et c’est tout bénéf pour Voltaire, car le bouche à oreilles est le meilleur des vecteurs de communication.

Sur un plan purement sportif, on est en droit de penser que la « bête » lilloise possède beaucoup de points de force. Tellement, que notre Dragon a dû utiliser tous ses moyens de pression et d’adresse pour finir par désorienter cet oiseau de proie qui en surprendra plus d’un dans ce championnat longue distance.
Notre Dragon, lui, est toujours en un seul morceau, de plus en plus solide, avec une tête bien pensante qui s’autorise toutes les rotations et les mises en condition possibles, un potentiel homogène, et du cœur à l’ouvrage qui le rend quasi invulnérable quand le feu de son adresse est bien dirigé sur l’objectif à atteindre !
L’invaincu Fos se présente à lui en rempart qui paraît infranchissable. Nous en saurons évidemment beaucoup plus à l’issue de cette confrontation de haut de tableau. Pourtant, ni la défaite, ni la victoire n’auront un caractère décisif. De toute façon, pour vibrer, il faut bien des hauts et des bas, sinon l’habitude prend le pas sur nos sentiments…..Alors !

MERCI à tous, joueurs, coaches, supporters, spectateurs, dirigeants, bénévoles, partenaires……et tous ensemble pour ce VIVE VOLTAIRE ! (Score de la rencontre : 89-79)

Daniel

chpt_denain_lille_2

chpt_denain_lille_3

chpt_denain_lille_4

chpt_denain_lille_5

chpt_denain_lille_6

chpt_denain_lille_8

chpt_denain_lille_9

chpt_denain_lille_11

chpt_denain_lille_12

chpt_denain_lille_13

chpt_denain_lille_15